11/25/2009

communisme, réaction et révolution

Avant que l'on ne m'ensevelisse de critiques et que l'on ne me considère comme un nihiliste, je tiens à spécifier quelques propos que j'ai récemment tenu sur le blogue du Mouton Marron. J'avais qualifié les communistes de réactionnaires. Je crois qu'il est pertinent d'expliquer mon point là-dessus. Je vais également en profiter pour élaborer un peu plus sur un concept que j'aime bien, celui de révolution.
Tout d'abord, je vais spécifier un peu les deux étiquettes que j'emploie (communiste et réactionnaire). Par communiste, j'entends une personne qui croit que pour parvenir à un idéal social d'égalité, le prolétariat (c'est-à-dire les ouvriers, ouvrières et leurs partisans et partisanes) doit faire la révolution (généralement armée) avec une avant-garde de convaincuEs (historiquement, le Parti communiste) qui en oriente les forces révolutionnaires. Ce sont généralement des gens qui oeuvrent à voir se faire la révolution, et qui ont tendance à critiquer les manoeuvres réformistes et donc non directement révolutionnnaires. Maintenant, un réactionnaire est une personne qui désire la conservation d'un ordre établi et qui appliquera son pouvoir politique au maintien de cet ordre. Le camp de la réaction se forme par des gens fermés d'esprit à toute autre alternative que la leur, et agissent donc par réaction aux idées d'autrui.
Bien entendu, il faut noter le caractère un peu polémique de ma tirade. Ce que je visais avant tout en jouxtant les deux termes, c'était de faire réfléchir sur l'attitude de certains et certaines communistes (et gens de la gauche radicale en général, donc, Agitateur, tu as raison d'aussi pointer les anarchistes). Car l'idée que j'avais en tête était de souligner que bien souvent les pro-révolutionnaires vont dénigrer les changements qui ne veulent pas d'une révolution, mais qui souhaitent tout de même améliorer le destin du monde.
De plus, j'ai souvent remarqué (plus dans le camp communiste, mais également aussi chez les partisans et partisanes du drapeau noir) une attitude sectaire, dans le sens où l'on se raccroche aux écrits de son idéologie avant tout. Vouloir à tout prix la révolution, qu'elle soit communiste ou anarchiste, c'est mettre l'idée avant l'humain; c'est faire preuve de platonisme*. En brandissant le verbe plutôt qu'en agissant et observant par empirisme, c'est oeuvrer par réactionnarisme, ou plutôt par excès de “isme”. Je considère réactionnaire un ou une communiste qui gueule pour la révolution sans trop savoir ce que c'est, sans trop s'efforcer de penser de nouvelles méthodes (et donc de tirer les douloureuses leçons du passé). Je ne dis pas que l'idéal communiste est irréalisable. Je suis plutôt d'avis que prendre le sentier des larmes : de tuer, déplacer; utiliser la force pour brimer la liberté d'autrui, c'est être réactionnaire. Car ainsi c'est démontrer que malgré toute la théorie de l'égalité que l'on clame, on est pas prêt à vivre avec autrui; on préfère s'en débarrasser pour avoir raison. Bref, on est communiste et réactionnaire lorsque l'on s'en tient aveuglément à son idée malgré les hésitations que le réel exprime, et que l'on est prêt à dégommer un autre humain sur la base d'une différence idéologique.
Les plus classiques de mes camarades critiqueront ici mon post-anarchisme. Soit. Mais je considère plus pertinent de créer ici et maintenant sa propre résistance, en dérangeant, choquant et questionnant, mais pas en tuant. Attendre la révolution est bien beau, mais ça peut être long. En attendant on fait quoi ?

P.S. Pour ceux et celles qui croiraient que j'adopte la vision nihiliste, relisez l'encadré de gauche sur les pistes de compréhension. C'est plus un usage abusif d'étiquettes qu'une réelle conviction.

* Par platonisme ici je fais référence à l'anecdote de Diogène le Cynique qui se promenait dans les rues avec sa lanterne, cherchant un Homme (peut-être un humain, mais je ne crois pas que Platon eut été très féministe), l'idéal-type dont Platon parlait.

11/12/2009

Imagine

J'ai eu besoin d'un peu de temps, mais je me suis rendu compte ce matin en écoutant Imagine (écrite par John Lennon, mais performée par A Perfect Circle) qu'il s'agit d'un véritable hymne anarchiste. Anti-nationaliste, anti-guerre et anti-religieux... prônant un partage de la planète, etc. Quoi demander de mieux en matière de chanson ?
Le pire c'est que pratiquement tout le monde en Occident connaît cette chanson. C'est à croire que nous nous sommes faits passés un texte libertaire sous les yeux sans trop sans rendre compte : je n'ai jamais entendu qui que ce soit chiâler contre Imagine.
Qu'en pensez-vous ? (surtout, ne vous pressez pas pour répondre !)